Centre d'aide Qui-viveAPP
Trouvez la réponse à vos questions

  • Est-ce que je peux utiliser Qui-viveAPP pour enregistrer ce qui se passe autour de moi ?

    OUI, vous pouvez enregistrer en audio ce qui se passe autour de vous. Aujourd’hui, un grand nombre de smartphones sont déjà équipés d’une fonction « enregistreur » dans le système d’exploitation.

    De nombreuses applications utilisent déjà des fonctionnalités qui permettent de capter ce qui se passe sur le plan sonore : les assistants vocaux sont livrés dans les systèmes d’exploitation des téléphones (Google assistant, Apple Siri, …) mais aussi des applications qui permettent de reconnaître certains sons (reconnaissance de musique, identification d’oiseaux par le bruit…).

  • Est-ce que les informations recueillies peuvent servir de preuve ?

    Oui, une fois qu’une situation susceptible de poser un grave problème vient de se passer, l’utilisateur a la possibilité de conserver les informations qui permettent de constater autant que possible ce qui vient d’arriver et de servir le cas échéant de preuve.

    Il faut savoir que ces informations peuvent être utilisées par les Forces de l’Ordre ou la Justice dans une certaine mesure.

    Si ces informations permettent d’en savoir plus sur la commission d’une infraction pénale (des violences, des injures, une agression, du harcèlement…) la Justice a admis à l’occasion de plusieurs décisions la recevabilité d’une preuve même lorsque l’auteur n’a pas donné son accord pour être enregistré. La violation de vie privée ne peut pas être invoquée dans ce cas car l’intérêt supérieur est celui d’apporter la preuve de la commission d’une infraction.

    Par contre, si ces informations permettent d’établir une situation qui relève du domaine civile/commerciale (la reconnaissance d’une dette, la négociation ou un désaccord sur un contrat, un événement ne relevant pas du domaine pénal…) les informations ne seront recevables qu’en tant que commencement de preuve c’est-à-dire comme indice, et à condition que le Juge accepte d’en considérer la régularité, c’est-à-dire en particulier lorsque la loyauté de l’enregistrement n’est pas contestée, ce qui pourrait être le cas s’il a été effectué à l’insu d’une personne.

    Dans la mesure du possible, il faut toujours se préserver de toute violation de vie privée ou utilisation de données personnelles sans l’accord d’un intéressé.

    C’est pourquoi l’utilisateur doit utiliser cette application avec discernement et signaler, dans les cas où c’est possible, qu’il utilise application.

  • L'application enregistre-t-elle tout le temps ?

    Non, l’application n’enregistre pas tout le temps. Elle comporte plusieurs moyens permettant d’encadrer l’activation de l’enregistrement.

    Lorsque l’on démarre l’application Qui-viveAPP, la fonction d’enregistrement peut-être désactivée manuellement en appuyant sur un bouton par l’utilisateur.

    De plus, plusieurs fonctionnalités offertes par l’application Qui-vive App suivant le niveau de service proposé permettent de ne déclencher l’enregistrement que :

    • lorsque l’on n’est plus connecté à un appareil Bluetooth de confiance,
    • lorsqu’on ne se trouve plus dans le rayon d’un Wi-Fi associé,
    • lorsque l’on quitte une position géolocalisée,
    • lorsque le niveau de bruit dépasse une certaine valeur, ou dans certaines plages horaires.

    Pour toutes ces conditions, c’est l’utilisateur qui définit l’appareil de confiance, le nom du réseau associé, la géolocalisation, le niveau de bruit, les plages horaires de manière totalement libre par rapport à ses souhaits par le paramètre dans l’application Qui-viveAPP.

    Par conséquent, l’application Qui-viveAPP dispose de très nombreux moyens utilisables pour encadrer les lieux et temps de fonctionnement.

    De nombreuses applications existantes sur les Smartphones actuels permettent déjà l’usage de ces fonctionnalités comme par exemple celles permettent de déverrouiller/verrouiller plus facilement un smartphone en dehors de certains lieux de confiance ou en présence de certains appareils associés…

  • L’application Qui-viveAPP permet-elle d’exploiter l’intégralité ce qui se passe autour de l’utilisateur ?

    Non, la conception de l’application ne permet à l’utilisateur de n’exploiter que ce qu’il a précisément décidé de conserver lorsqu’il est mis en situation de victime.

    En effet, l’application Qui-viveAPP, lorsqu’elle fonctionne, place les informations recueillies dans un tampon technique inaccessible de l’utilisateur tant que celui-ci n’a pas souhaité conserver, par une action spécifique et volontaire, les informations sur ce qui vient d’arriver dans les minutes précédentes.

    Si l’utilisateur n’effectue pas cette action spécifique et volontaire (en appuyant sur un bouton) les informations recueillies sont automatiquement détruites au bout d’un certain temps (n’excédant pas 1 heure), ce mécanisme étant visible par le déroulement d’une frise sur l’écran de l’application Qui-viveAPP.

  • Est-ce que les informations recueillies sont utilisables par quelqu’un d’autre ?

    Toutes les informations qui se trouvent dans la mémoire tampon technique restent sur le terminal où est installé l’application Qui-viveAPP.

    Tant que l’utilisateur n’effectue aucune action, les informations se trouvent dans ce tampon technique inaccessible par des tiers, elles sont protégées par un code d’accès personnel à 4 chiffres et sont par la suite détruites.

    Si l’utilisateur souhaite conserver des informations, celles-ci sont transmises sur un serveur afin d’être conservées et protégées de toute intervention ultérieure afin de servir, par exemple, de preuve. En dehors de cette intervention, les informations ne sont jamais transmises en dehors du terminal où l’application Qui-viveAPP est installée.

    Par ailleurs, les informations envoyées sur le serveur ne sont jamais exploitées de quelque manière que ce soit par Qui-vive.

! SERVEUR DE TEST !